Domaine scientifique de la Doua
Bâtiment Paul Dirac
4, Rue Enrico Fermi
69622 Villeurbanne Cedex
Accueil Tel: +33 (0) 4 72 43 13 46
Direction : +33 (0) 4 72 44 84 57
Fax: +33 (0) 4 72 43 15 40


Nous contacter


organigramme


annuaire


intranet


Réservations

Nos tutelles

CNRS

Rechercher




Accueil > Actualités > À la une

Physique des particules : Premiers tests réussis pour un détecteur du futur accélérateur ILC

Après le grand accélérateur de particules LHC, l’accélérateur ILC est le prochain collisionneur susceptible de révolutionner nos connaissances sur la physique et les origines de l’Univers. Le 20 avril dernier, l’un des détecteurs du futur collisionneur, plus précisément son prototype, vient de réussir brillamment ses premiers tests, réalisés avec les faisceaux de particules du CERN. Construit principalement à l’Institut de Physique Nucléaire de Lyon (Université Claude Bernard Lyon 1 et CNRS/IN2P3) avec la collaboration d’autres laboratoires internationaux mais également français (LAL, LAPP, LLR, OMEGA...), cet appareil est destiné à mesurer l’énergie des particules qui entreront en collision lors de l’expérience : c’est un calorimètre dit « hadronique » car les particules qu’il détecte sont des hadrons (comme les protons par exemple). Autre spécificité : il permet également de suivre les trajectoires des particules. Unique sur le plan technologique, ce prototype est lui-même composé de 50 détecteurs gazeux d’une surface d’un mètre carré chacun, séparés par des plans en acier, et il comprend plus de 460 000 canaux électroniques ! Son mode de consommation extrêmement faible constitue une première mondiale. Les premiers résultats qui viennent d’être obtenus sont très encourageants et très prometteurs pour l’avenir du prochain projet majeur en physique des particules.

Pour en savoir plus : Lire l’article "ILC : Un détecteur du futur collisionneur a réussi ses premiers tests !"

JPEG - 206 ko
Le calorimètre installé au CERN pour ses premiers tests. © IPNL

 

PNG - 71.2 ko
Traces de particules détectées par le prototype de calorimètre construit principalement à l’IPN de Lyon. © IPNL