Domaine scientifique de la Doua
Bâtiment Paul Dirac
4, Rue Enrico Fermi
69622 Villeurbanne Cedex
Accueil Tel: +33 (0) 4 72 43 13 46
Direction : +33 (0) 4 72 44 84 57
Fax: +33 (0) 4 72 43 15 40


Nous contacter


organigramme


annuaire


intranet


Réservations

Nos tutelles

CNRS

Rechercher




Accueil > Recherche > Sciences des radiations > PRISME > Activités scientifiques > Par thématiques > Recherche fondamentale sur les interactions "particules-matière solide"

Recherche fondamentale sur les interactions "particules-matière solide"

Expériences de canalisation d’ions lourds dans des cristaux

L’utilisation de cibles cristallines orientées dans le faisceau de particules permet de redistribuer le flux de particules à l’intérieur de la cible. Ceci présente de nombreux avantages, notamment celui de modifier l’importance relative de différents processus en compétition, ou même de supprimer certains de ces processus et de permettre ainsi l’observation de phénomènes ordinairement très minoritaires.

Expériences de mesure de temps de fission nucléaire par blocage cristallin

Le groupe CAS participe à un programme expérimental de physique nucléaire fondé sur la physique des collisions atomiques dans un cristal. Dans ces expériences, effectuées au Grand Accélérateur National d’Ions Lourds (GANIL), la durée de vie de noyaux produits par collision d’ions très lourds (uranium ou plomb) dans un cristal est mesurée grâce à la technique dite du blocage (ou "blocking") cristallin.

Expériences de production de paires électron-positon

Au CERN, une expérience de création de paires e+ e- par canalisation d’électrons dans un monocristal de tungstène a permis de tester, grandeur nature, la faisabilité d’une source de positrons de forte efficacité pour les accélérateurs futurs.

Interaction agrégats-surfaces

L’utilisation d’agrégats d’or accélérés à une énergie de l’ordre du MeV permet d’atteindre des dépôts d’énergie collossaux sur une surface. Cette propriété est utilisée à des fins d’analyse de surface très sensible, notamment la spectroscopie de masse d’ions secondaires.